Géo Communauté Esri France

Les consommateurs et les autorités de régulation se lassent du greenwashing

Publié le 21 mars 2024 par Michèle Mahillet

Aperçu de l'article : en collectant et en analysant régulièrement des données de localisation, les entreprises peuvent définir des objectifs, mesurer les progrès et rendre compte de leurs performances en matière de développement durable. Cela garantit la transparence et évite l’apparition de greenwashing.

La patience des consommateurs à l'égard du "greenwashing" : la pratique consistant à mettre en avant de fausses références environnementales s'amenuise.

Selon le rapport sur les tendances des consommateurs de 2024 d'Euromonitor International, les consommateurs en ont assez d'adopter des comportements environnementaux positifs au quotidien, tandis que les entreprises prétendent faire de même, sans preuves pour le démontrer. Les gouvernements voient également d’un mauvais oeil le greenwashing, les autorités de régulation du monde entier élaborant des règles pour contraindre les entreprises à prouver leurs pratiques durables.

Face à ces pressions croissantes, les entreprises utilisent l'intelligence géographique pour fournir des preuves transparentes et vérifiables de leurs pratiques durables.

« En 2022, le Boston Consulting Group a signalé qu'environ 70 % des consommateurs mondiaux étaient déçus par les affirmations des entreprises en matière de durabilité. »


La transparence affecte le "greenwashing"

La transparence commence par un inventaire approfondi de la chaîne de valeur d'une entreprise. Cela signifie souvent retracer chaque fournisseur et sous-fournisseur, suivre les connexions en amont pour déterminer qui est qui, où ils opèrent, dans quelles conditions, et comment ils sont liés.

Montrer les traces

Une méthode pour contrer le "greenwashing" est de partager des cartes interactives et des visualisations de données sur les sites web et dans les rapports aux investisseurs. Certaines entreprises incluent même des QR codes sur les étiquettes de produits qui renvoient à une carte montrant le parcours d'un article depuis la matière première jusqu’à la mise en rayon dans le magasin.

Une entreprise mondiale de vêtements, par exemple, pourrait cartographier les usines de confection fournissant ses sweatshirts et pantalons de jogging, puis les usines de teinture et les fournisseurs de fermetures éclair avec lesquels ces usines collaborent, jusqu'aux exploitations agricoles produisant le coton et aux mines extrayant l'aluminium pour les fermetures éclair.

Identifier chaque fournisseur sur une carte interactive révèle exactement d'où proviennent les produits et leurs composants. Avec un SIG moderne, les entreprises peuvent ajouter des données pour chaque fournisseur, y compris la consommation d'énergie et les estimations d'émissions de carbone, la quantité d'eau utilisée dans la production, les scores de biodiversité locaux, et des données tierces sur les conditions de travail dans la région.

Les cartes interactives contrecarrent le "greenwashing" en démontrant le travail d'une entreprise, agissant comme un tableau de bord virtuel de son engagement en matière de durabilité. Avec ces informations, les consommateurs peuvent décider s'ils souhaitent soutenir l'entreprise par leurs achats.

Certaines entreprises renforcent la transparence et identifient les domaines d'amélioration en incorporant des données supplémentaires dans des cartes intelligentes, créant ainsi un jumeau numérique de la chaîne de valeur.

Comme mentionné dans un article publié sur WhereNext :

En modélisant des installations ou des chaînes d'approvisionnement sous la forme d'un jumeau numérique, avec des données provenant de capteurs IoT (Internet des objets) et d'images satellites ou de drones, les dirigeants obtiennent une vue complète de l'activité commerciale sur terre et en mer. De ce point de vue, ils peuvent analyser les impacts de la chaîne d'approvisionnement, créer des itinéraires plus efficaces et assurer une utilisation responsable à long terme des ressources.


Les autorités de régulation inspirent la transparence

Les techniques SIG qui aident les entreprises à répondre au scepticisme des consommateurs à l'égard du greenwashing pourraient bientôt les aider à prouver leur conformité aux autorités de régulation également.

À partir de 2024, l'Union européenne exigera que certaines grandes entreprises rendent compte de leur impact sur les conditions sociales et environnementales à travers des données sur la pollution, la biodiversité, les pratiques de travail et les pratiques de paiement des fournisseurs. Les nouvelles règles, faisant partie de la Directive sur la communication des informations en matière de durabilité des entreprises de l'UE, comprennent une vérification obligatoire par des tiers des affirmations d'une entreprise.

Avec le "greenwashing" dans le collimateur, une plus grande transparence, visualisée sur des cartes intelligentes, fournit la preuve qu’exigent à la fois les consommateurs et les régulateurs.



Cet article est une adaptation de l'article publié par Esri.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Nikki Paripovich Stifle

Nikki Paripovich Stifle est responsable sectorielle des biens de consommation et des services chez Esri. Au cours d'une carrière de 20 ans, elle a travaillé à la croisée de la technologie de localisation et de l'exécution commerciale.