Géo Communauté Esri France

Amazonie : Des tribus brésiliennes luttent contre les incendies de forêt grâce à leurs connaissances autochtones

Publié le 22 février 2024 par Michèle Mahillet

Principaux points à retenir :

  • Les pompiers autochtones enregistrent leurs connaissances écologiques traditionnelles via des applications cartographiques.
  • Les forêts tropicales gérées par les peuples autochtones ont moins d’incendies et ont des températures de feu plus basses.
  • Grâce à une sensibilisation accrue, le Brésil espère accroître les avantages des brûlis contrôlés.

Les peuples autochtones vivant le long de la partie brésilienne de l’Amazonie gèrent leurs territoires sujets aux incendies depuis des millénaires en utilisant des brûlis contrôlés. Aujourd'hui, plus de 700 pompiers autochtones travaillent pour le Centre National Brésilien de Prévention et de Suppression des incendies de forêt (Prevfogo). Ils commencent à utiliser des cartes intelligentes et des applications de Géo pour partager leurs connaissances de la forêt dans le but de la protéger des incendies destructeurs.

« Les véritables détenteurs de la connaissance, avec une expérience sur le terrain de la manière dont le feu se comporte, sont les peuples autochtones de ces régions », a déclaré Talita Oliveira Tarlei De Freitas, analyste environnementale à Prevfogo, faisant partie du plus grand Institut brésilien de l'Environnement et des Ressources Naturelles Renouvelables (Ibama).

La formation des pompiers de Prevfogo comprend l'utilisation d'une application appelée Système national d'information sur les incendies de forêt (Sisfogo), construite avec un SIG. Les pompiers utilisent Sisfogo sur leurs téléphones et tablettes pour consulter les cartes de charge de combustible de la végétation verte et sèche et coordonner les actions de suppression des incendies indésirables. Ces informations aident les pompiers à gérer les brûlis contrôlés pendant la saison des pluies et contribuent à une meilleure compréhension du territoire.

Renforcer les droits des peuples autochtones

Le Brésil prend également des mesures pour prévenir les incendies illégaux le long de l'Amazonie, ceux déclenchés par des colons qui brûlent la forêt pour défricher des terres destinées à l'agriculture et au pâturage. Lorsque le président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, a été réélu en 2022, il s’est engagé à renforcer la protection et le soutien à la forêt tropicale et aux intendants autochtones des terres. Depuis lors, des milliers de personnes non autochtones ont été expulsées des deux territoires autochtones qui ont connu le plus grand nombre de déforestations.L’expulsion des colons illégaux réduit la pression environnementale sur les terres gérées par Prevfogo et élimine une source persistante d'incendies.

Prevfogo travaille au sein des territoires autochtones, des quilombos (établissements d'origine africaine) et des établissements de réforme agraire, dans le cadre d'activités de gestion des incendies. Sur les 99 brigades anti-incendie que Prevfogo a formées et entretenues depuis 2009, plus de la moitié sont autochtones et l'une d'entre elles est composée uniquement de femmes.

Chaque tribu a un lien culturel unique avec le feu, l'utilisant de diverses manières pour les rituels, la gestion des terres et la chasse. Les pompiers autochtones partagent leur savoir-faire via l'application Sisfogo afin que tous puissent apprendre ce que les aînés ont transmis de génération en génération.

« Les pompiers autochtones travaillent sur leur propre territoire, ce qui est très important pour nous car ils ont un lien naturel avec la protection », a déclaré Freitas.


Épuisement des combustibles avant la saison sèche

Pour épuiser les combustibles, les brigades mènent des brûlis préventifs en mai, au début de la saison la plus sèche, qui dure généralement jusqu'en octobre. Les zones considérées comme les plus vulnérables aux incendies sont soigneusement évaluées, et les brûlis ne sont effectués que là où ils sont autorisés. Pour ce travail, les outils SIG du centre aident à sensibiliser le public.

«Nous devons informer la communauté et obtenir son approbation», a déclaré Freitas. «Les cartes et les images nous aident à montrer le risque et à convaincre les membres de la communauté que nous sommes là pour collaborer et travailler avec eux. Ils devront peut-être sacrifier une petite partie de leurs terres dans le cadre d'un brûlis préventif pour réduire les risques d’incendies de forêt à l’avenir. »


Pendant une courte période à partir de 2001, le gouvernement brésilien a interdit les brûlis contrôlés par les tribus, mais il est rapidement revenu sur sa politique. Les chercheurs ont appris que de nombreux biomes du Brésil dépendent du feu et que les brûlis contrôlés réduisent l'intensité et les dégâts des incendies.

Les brûlages contrôlés qui se propagent lentement sont aussi appelés feux froids car ils s’éteignent naturellement en début de soirée lorsque les températures diminuent. Ils donnent aux animaux et aux insectes le temps de s’enfuir. Les flammes n'atteignent pas les cimes des arbres et ne sont pas assez intenses pour détruire les arbres ou les arbustes matures.

Arrêter les incendies destructeurs

Les cartes SIG donnent aux gens un aperçu de la stratégie de la brigade en matière de brûlis contrôlés. «Nous utilisons des cartes pour expliquer où nous prévoyons de brûler et pour démontrer comment et pourquoi nous allons mener l'opération d'une certaine manière», a déclaré Luiz Pacheco Motta, analyste environnemental et développeur chez Prevfogo qui travaille sur Sisfogo.

Lorsqu'ils font face à un incendie de forêt, les tribus de la région affectée partagent des cartes pour communiquer et prendre des mesures stratégiques. Dans l'application Sisfogo, ils peuvent ajuster les formulaires et les tableaux de bord selon leurs besoins. «Ils peuvent partager leurs pensées, leurs sentiments, leurs perceptions du monde en utilisant des outils SIG et des cartes», a déclaré Freitas.

La valeur de la collecte et du partage des connaissances tribales va au-delà des besoins immédiats des pompiers. Les ministères gouvernementaux, les agences et les universitaires bénéficient des données et de la sensibilisation partagée.

« L'un des plus grands défis de Sisfogo est d'adapter l'utilisation traditionnelle du feu au changement climatique », a déclaré Motta. « À cette fin, la technologie SIG avec des données spatio-temporelles et des enregistrements d’utilisation des terres autochtones constitue le bon moyen de relever ce défi. »

Prevfogo peut désormais visualiser et analyser les données sur les incendies de forêt pour identifier des tendances, comparer les incidents dans l'espace et dans le temps et surveiller les points chauds. Ces informations pourraient fournir des réponses sur les conditions et les incidents liés aux incendies de forêt qui pourraient éclairer les efforts mondiaux visant à réduire les catastrophes.


«Tout le monde observe actuellement le Brésil pour les questions environnementales, la déforestation et les incendies de forêt", a déclaré Freitas. "Il est important pour nous de montrer au monde ce que nous faisons, comment nous prévenons les incendies de forêt et comment nous les gérons. »

La division de surveillance et de combat (DMC) de Prevfogo, où travaillent les développeurs de Sisfogo, s'appuie sur des collaborateurs SIG mondiaux qui partagent connaissances et techniques pour mieux relever les défis du réchauffement climatique. Motta a souligné le besoin urgent de s'entraider lors de la conférence des utilisateurs d'Esri 2023 : « Nous n'avons pas d'autre planète Terre, il n'y a pas de seconde chance. »


Cet article est une adaptation de l'article publié par Esri.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Anthony Schultz

Anthony Schultz est le directeur des solutions pour les incendies de forêt chez Esri. Son parcours dans la gestion et les opérations des incendies de forêt a débuté en tant que pompier forestier, et a évolué vers la responsabilité de la planification, de la direction du programme et de la coordination du programme d'incendie de forêt de l'État du Wyoming en tant qu'officier de gestion des incendies (FMO) de l'État.


Adam Reedy

Adam Reedy est le gestionnaire des affaires gouvernementales nationales pour les Amériques chez Esri, couvrant le Canada, les Caraïbes et l'Amérique latine. Il possède plus de 20 ans d'expérience dans l'orientation de clients américains et internationaux sur le développement et la mise en œuvre de systèmes géospatiaux d'entreprise pour des solutions de défense, de renseignement, de sécurité publique et de gestion des urgences.